Press "Enter" to skip to content

News bière – 19 – Les opérateurs de directeurs de funérailles surexposés mais “non prioritaires” pour le matériel – Malt

Placés également en première ligne face à l’épidémie de Covid-19, les directeurs de funérailles se plaignent d’un manque de reconnaissance face au danger auquel ils sont exposés, mais aussi et surtout d’équipements de protection.

Marie-Clarisse Mattei, directrice du salon funéraire Mattei à Calvi témoigne pour Corse Net info.

De toute évidence, le virus survit à la mort de la personne qui le porte.

Afin de bien soigner une personne décédée portant le Covid-19, nous nous en remettons au médecin qui signera son certificat de décès. Comme toujours, il a une grande responsabilité. Le Conseil supérieur de la santé publique nous a fait un certain nombre de recommandations.

Quant aux médecins, ils doivent cocher des cases spécifiques qui interdisent les traitements de conservation et le brassage immédiat avec fermeture du cercueil. “

Lorsqu’un décès survient dans un centre de soins, la prise en charge du défunt est assurée par le personnel. qui place le corps dans une housse de corps recouverte d’un drap dans une boîte réfrigérée en attendant que le funériste vienne le reprendre le plus tôt possible.

“Mais lorsque le décès survient à la maison, c’est à nous de retourner dans cette maison et de prendre soin du défunt. Nous sommes donc aussi en première ligne”, précise Marie-Clarisse Mattei.

«Nous avons, mes collègues et je pense, un petit stock d’équipements de protection individuelle. Cela signifie des sur-chaussures, des combinaisons étanches, des gants, bien sûr, et quelques masques.

Mais quand on regarde ce qui se passe ailleurs, sommes-nous vraiment prêts pour cela?

J’ai visiblement écumé les fournisseurs, qui avaient presque tous la même réponse:

Nous sommes en rupture de stock, le réapprovisionnement est en cours mais nous le réservons aux hôpitaux“.

C’est vraiment un moment effrayant pour le croque-mort.

Nous pouvons voir ce qui se passe en Italie, nous savons que le pic n’a pas été atteint.

Bien sûr, nous resterons unis et nous remplirons au mieux notre mission de préservation de l’hygiène et de la santé publique! ”

Nous sommes des acteurs majeurs de la sécurité sanitaire

Nous avons une grande responsabilité.

Surtout envers ces familles endeuillées restreintes dans leur liberté de deuil que nous devons aider, comme toujours, tout en respectant les consignes de sécurité afin de les protéger “.