Press "Enter" to skip to content

Info bière – Pierre Marchica, brasseur: “Nous offrirons les 100 premières tasses aux cafetières” – Malt

Bars et restaurants fermés depuis plus de deux mois, événements festifs d’été suspendus ou annulés, le marché de la bière subit le coup même si la consommation intérieure se poursuit. Témoignage des producteurs de 3 Monts, au Nord.

Les brasseurs des Hauts-de-France subissent les conséquences des fermetures de bars, restaurants et annulations d’événements festifs. © Pixabay

La brasserie Saint-Sylvestre de Saint-Sylvestre Cappel (59) commercialise sa bière sous la marque 3 Monts. ” La vente de bières consommées hors domicile ne représente que 10% de notre chiffre d’affaires, explique Pierre Marchica, directeur de la brasserie. Avec la fermeture des bars, restaurants, hôtels et l’annulation des événements estivaux, nous faisons un croisement sur ces volumes.

Parce que ces bières non consommées ne sont pas bues à la maison, la perte est réelle. ” Ce qui n’est pas bu n’est pas bu plus tard“, Souligne-t-il. Les ventes de bières de cette brasserie ont donc baissé de 5% en mars, de 10% en avril et la projection est de – 15% en mai.

Pierre Marchica, directeur de la brasserie Saint-Sylvestre. © Brasserie Saint-Sylvestre

Heureusement, la brasserie s’est concentrée sur les ventes au détail depuis le début. ” Hormis quelques soucis logistiques, ce marché se porte bien, admet Pierre Marchica. Nous avions prévu de vendre 80 000 hectolitres en 2020. Avec cette crise, nos ambitions sont réduites avec une production de 70 000 hectolitres.

Conscient qu’il ne fait pas si mal, le directeur de la brasserie sait qu’il faut aller de l’avant. ” L’industrie doit rebondir, crie-t-il. C’est aussi à nous de soutenir les cafés. Pour cela, nous allons offrir les 100 premières tasses aux cafés, l’occasion également de marquer l’occasion du 100e anniversaire de la brasserie.

Lire un autre témoignage: Aymeric Hubo, brasseur: “2020 est une année dans le chou”

Évitez le désordre

Face aux milliers de litres de bière jetés par certains brasseurs ou cafetières, le réalisateur espère éviter ce gâchis. Pour être sûr de vendre de la bonne bière, chaque fût sera ouvert et testé. Si la bière n’est plus bonne, elle sera jetée; sinon, il sera vendu. ” En général, nos bières sont assez équilibrées et stables dans le temps. Encore une bonne nouvelle pour cette brasserie du nord.

Lucie Debuire