Press "Enter" to skip to content

Info bière – Aymeric Hubot, brasseur: “2020 est une année dans le chou” – Bière blonde

Pour Aymeric Hubot, brasseur à la brasserie Bois de la chapelle à Torcy (62), le printemps est synonyme de reprise d’activité. Mais le destin en a voulu autrement.

Aymeric Hubot s’en sort bien grâce aux commandes passées via la route du fermier montreuillois. © Brasserie Bois de la chapelle

Aymeric Hubot est brasseur à Torcy (62). La brasserie en bois de la chapelle n’est ni très ancienne ni très grande. En 2019, il a vendu 60 hectolitres de bière. C’était un record pour une deuxième année d’existence. Il prévoyait de le dépasser au cours de ce printemps, mais le Covid-19 a vu les choses différemment. ” Je vends ma production de bière principalement par vente directe, explique le brasseur. Je vends périodiquement à une vingtaine d’épiceries fines à proximité. Les marchands de vin étant fermés, je ne pouvais pas vendre mes bières.

L’envie de vendre tout de même

Ce qui a sauvé Aymeric Hubot, c’est le lecteur du fermier auquel il appartient. Également agriculteur, il fait partie de ce groupe de producteurs. Avec le confinement de ce disque, la quantité de commandes est passée de 80 à 350 paniers par semaine.

Ce n’était cependant pas le cas pour la bière. ” Pour la consommation de bière, je n’ai vu aucune évolution, note le brasseur. Les ventes que je n’ai pas réalisées via mes canaux de distribution habituels n’ont pas été reportées pour générer des commandes. Il y a quelques personnes qui aiment toujours une bouteille de bière pour le week-end mais cette consommation reste anecdotique. Le lecteur, cependant, l’a sauvé de ne rien vendre du tout.

Aymeric Hubot a subi de plein fouet les fermetures de charcuteries. © Brasserie Bois de la chapelle

De plus, le déconfinement n’a pas l’air tout rose. ” Je reste sombre, explique Aymeric Hubot. Tous les événements tels que les foires ou les fêtes de village sont annulés. Ces rassemblements m’ont permis de vendre une partie de ma production. Dans ces cas, je peux vendre ma bière au niveau du restaurant ou même sur un stand. Sans ces rassemblements, qui génèrent beaucoup de chiffre d’affaires, la période estivale s’annonce mauvaise. ” Pour cette année, je suis dans le chou “Il conclut.

Un lâcher prise permis par sa deuxième activité: l’agriculture. Si la brasserie a été un peu délaissée par ce jeune agriculteur, c’est aussi parce qu’il se concentre sur son activité agricole, notamment l’élevage, et la reprise de l’exploitation familiale. Comme le dit si bien Aymeric Hubot, ” il est inutile d’utiliser le soleil «Les Français ne sont pas à la fête, il faut attendre la reprise des festivités qui amorceraient la pompe.

Lucie Debuire