Sport lorrain | Cétout : « Ça m’aurait embêté d’envoyer l’ASNL en National ! » – Artisan Brasseur

Brasser sa propre bière maison - Cafesecret

Comment se sont passés vos six mois à en Israël ?

Si c’était à refaire, je le referais ! À mon âge (31 ans), j’avais besoin de vivre une expérience à l’étranger, c’était aussi le bon moment financièrement, on ne va pas se mentir. En plus, j’ai appris à parler anglais et, pour tout dire, j’ai pris du bon temps avec un bon contrat. Les entraînements avaient lieu le soir pour trouver un peu de fraîcheur tellement il faisait chaud… Du coup, j’allais souvent à la plage. J’ai bien profité de la nourriture locale : j’ai pris 6 kilos en 6 mois !

Heureusement pour votre ligne, vous ne vous êtes pas éternisé à Hapoël Beer Sheva…

Heureusement pour ma santé, surtout ! Si j’avais joué deux ans en Israël, je serais revenu avec beaucoup de diabète et de cholestérol et je me serais transformé en bœuf (il éclate de rires) ! Le vendredi, c’était Shabbat et les supporters t’invitaient à manger chez eux, j’aimais bien ça… Plus sérieusement, si j’ai apprécié mes six mois en Israël, c’est grâce à l’accueil de la population et la bonne qualité de vie. Au départ, j’avais un peu peur par rapport à tout ce qu’e j’avais pu voir aux infos en France mais, une fois sur place, j’ai vite perdu cette angoisse.

« Les sirènes ont retenti pour des bombardements »

Avez-vous connu quelques moments chauds, quand même, en Israël ?

Oui, une fois, en novembre. Les sirènes ont retenti pour des bombardements. J’étais avec un ami français, il a fallu se protéger dans le bunker de l’appartement. Il y en a dans tous les logements en Israël, ça fait bizarre. Le club a laissé les joueurs étrangers rentrer chez eux quelques jours, on est revenu après les bombardements. Mais ce n’est pas pour ça que j’ai voulu rejouer en France au Mercato d’hiver, je l’ai fait pour plusieurs raisons, notamment familiales.

Sportivement, quel souvenir garderez-vous de vos six mois à Hapoël Beer Sheva ?

Il y a quatre ou cinq équipes israéliennes, dont Hapoël Beer Sheva, qui valent des L1 de deuxième partie du classement. Pour les autres équipes, c’est niveau L2. J’ai eu un peu de mal à m’adapter, au début, avec la barrière de la langue. Après, ça s’est mieux passé mais je suis parti en janvier parce que tout le monde a pu y trouver son compte. L’Hapoël Beer Sheva cherchait à libérer une place de joueurs extracommunautaires.

Comment vous êtes-vous retrouvé à Béziers, englué dans le bas de tableau de la L2 ?

Les discours du coach et du président m’ont bien plu. Je suis tombé sur des gens très humains, comme Jacques Rousselot à Nancy. Ils ont compris que j’avais besoin d’un peu de temps pour retrouver la forme, à cause de mes 6 kilos pris en Israël.

« On a besoin d’un miracle »

Avez-vous perdu ces kilos depuis ?

J’en avais perdu 4 mais j’en ai repris. Je suis devenu trop passionné par la bonne bouffe (sic), j’aime bien cuisiner en plus. Je pourrais faire « Top Chef » mais en goûtant moi-même les plats (il éclate de rires encore). J’ai tout de même bien travaillé physiquement ces derniers temps, ça va mieux sur le terrain.

Quelle est votre situation contractuelle à Béziers ?

En janvier, j’ai signé pour six mois plus une saison en option en cas de maintien. On verra bien. Il nous reste une petite chance de jouer les barrages, si on bat Nancy et que Sochaux, dans le même temps, s’incline à domicile face à Grenoble. On a besoin d’un miracle mais, après la dernière semaine vécue en Ligue des Champions, on sait que tout est possible dans le foot.

Que vous inspire le maintien de l’ASNL en L2, désormais officiel ?

Nancy gardera toujours une place particulière dans mon cœur. Je suis encore en contacts avec plusieurs joueurs, je suis content pour eux, je suis même soulagé de ne pas avoir à rencontrer une ASNL menacée de descente. Car en général, les ex-Nancéiens marquent face à Nancy ! Même avec mes petits kilos en trop, je vais peut-être marquer un vieux but de raccroc vendredi, ça m’aurait embêté d’envoyer l’ASNL en National !

Brasser sa propre bière maison - Cafesecret
Note :