L'Islam sur des sous-bocks met les musulmans d'Allemagne en colère | Nouvelles | DW – Brasserie artisanale

Brasser sa propre bière maison - Cafesecret

La distribution de questions liées à l'islam sur des sous-bocks de bière dans les villes de Maintal et d'Offenbach, près de Francfort, a été sévèrement critiquée. Les tapis montrent des questions sur l'islam écrites dans le dialecte local de Hesse. Au verso, un code QR peut être scanné pour diriger les utilisateurs mobiles vers le site Web du conseil municipal, où les réponses peuvent être trouvées.

L'initiative était censée promouvoir le dialogue et la compréhension de l'islam chez les non-musulmans.

Cependant, l'idée s'est retournée contre lui, car Salih Tasdirek, président turc du conseil consultatif des étrangers de la ville de Maintal, installé en Allemagne depuis près de 40 ans, estime que l'Islam ne devrait pas être associé à l'alcool.

En plus d'être distribués dans les pubs, les dessous de verre affichent également un Bembel, un pichet utilisé pour la spécialité alcoolique régionale, similaire au cidre.

Lire la suite: L'Autriche interdit le foulard musulman dans les écoles primaires

Tasdirek a dit Spiegel en ligne il trouve le dialogue et les échanges interreligieux bons, mais "pourquoi cela signifierait-il aller au pub? Vous auriez pu faire une action de carte postale ou de publicité dans les bus."

"Nous n'avons pas été consultés à ce sujet", a-t-il déclaré à la radio publique Hessischer Rundfunk.

Les conseils de Maintal et d'Offenbach distribuent les tapis, qui ont été respectés par les érudits islamiques, dans des pubs et des restaurants. Des initiatives similaires ont été lancées dans la ville de Fribourg, dans le sud-ouest du pays, où les étudiants en sont à l'origine, et dans l'État de Saxe, dans l'est du pays.

Dialogue social

Verena Strub, commissaire à l'intégration pour Maintal, n'est pas d'accord avec Tasdirek. Elle a dit qu'il s'agissait de faire dialoguer les "grandes questions sociales" et qu'elle considérait que cette action en faisait partie. "Je peux comprendre que quelqu'un associe l'alcool aux côtes et l'alcool, mais pas que quiconque associe l'islam à l'alcool juste parce que les questions sont sur les côtes."

Strub a déclaré à la radio publique que son intention était d'informer "de manière relativement neutre et humoristique".

"Les questions et les réponses sont également formées par des musulmans", a déclaré Raban Kluger, qui a organisé l'initiative. Les textes ont été créés par Aiman ​​Mazyek du Conseil central des musulmans et du Centre national d'éducation civique de Fribourg. Kluger a assuré: "Nous n'avons pas l'intention d'associer l'Islam à l'alcool."

Chaque soir à 18 h 30 UTC, les rédacteurs de DW envoient une sélection des dures nouvelles et du journalisme de qualité. Vous pouvez vous inscrire pour le recevoir directement ici.

Brasser sa propre bière maison - Cafesecret

Note :