Press "Enter" to skip to content

Bière artisanale – Avoir 26 ans seul ou fêter son anniversaire en isolement – Houblon

Quelqu’un pour me chanter la chanson? © Mélodie Rossier

Quelqu’un pour me chanter la chanson? © Mélodie Rossier

Partagez cet article sur:

05 / 18.2020

J’ai testé pour toi! ” Le confinement convient à plusieurs habitudes, notamment celle de fêter son anniversaire avec ses amis. La page jeunesse teste pour vous l’anniversaire au moment du coronavirus.

Comme tant d’autres, je n’ai pas eu l’honneur de fêter mon anniversaire en bonne compagnie cette année. Pour le parti enragé comme moi, destin tragique. Pour ceux qui partagent ma situation, je vous envoie toute ma compassion. J’ai rarement manqué une bière à la Old Station si mal. Certes, nous n’apprécions pas assez les choses lorsqu’elles sont là. C’est encore plus pratique d’avoir un lieu de rencontre, même si c’est pour se plaindre de trop le savoir par cœur.

Une atmosphère étrange donc à célébrer. Le confinement donne définitivement aux gens le temps de se souvenir des anniversaires et de s’appeler. Je me suis donc transformée en standard pour la journée: grand-mère, marraine, parrain, tante et oncle, amis et copines… Une téléconférence est prévue à 17h. Un petit souper pour reprendre mes forces puis je suis de retour sur Facebook, Whatsapp et autres délicieuses applications qui ne prennent pas beaucoup de temps en temps ordinaire, heureusement. Pour ne citer qu’un seul talent, le prix de la meilleure attention revient au concerto d’accordéon qui m’a été interprété en vidéo.

Avoir 26 ans tout seul, ce fut l’occasion de prendre le temps d’observer les dernières années. Qu’est ce qui a changé? Ce n’est pas vraiment notre politique climatique, ni vraiment l’importance d’être un homme ou une femme pour aller aux toilettes. Mais d’autres choses ont été différentes depuis que je suis jeune. Les enfants ne jouent plus aux pogs, bratz ou mini-patins. Harry Potter vieillit, nous n’avons plus de nouvelles de Cascada et Gad Elmaleh ne nous fait plus rire.

Dans un monde en pleine réinvention, heureusement, il y a des choses qui, comme Hubert Audriaz et son cyclomoteur, des repères comme des phares dans la nuit, subsistent. Ces piliers … c’est toi! Par tous les moyens de communication possibles, vous avez beaucoup pensé à moi et je vous en remercie. Le confinement n’était pas la raison de nos bons moments ensemble. Mais je vous donne quand même rendez-vous dans un certain temps dans un endroit à redécouvrir … l’AG!

Mélodie Rossier